French

Zone Interactive

En vedette - Ashley Senuita

(Karissa Schmidt, Jesse Scobie et Neil Kirby)

( En vedette- Brittany Kelly, Ashley Senuita, Karissa Schmidt, Jesse Scobie & Neil Kirby, Prednisone Princesses, Michelle Aubie, Natasha Rossi )

Je m’appelle Ashley Senuita. Je suis la maman de trois beaux enfants et pour l’instant je suis en congé de maternité. Je suis âgée de 23 ans et j’ai appris que je souffrais de la maladie de Crohn à l’âge de 18 ans. Être atteinte de cette maladie n’a pas été le plus grand défi que j’aie eu à relever dans ma vie. Toutefois, je dois reconnaître que ça n’a certes pas rendu les choses plus faciles.

À l’époque de mon diagnostic, je fréquentais l’Université de Western Ontario et j’avais planifié un voyage à Montréal en compagnie de trois copines pendant les vacances de Noël. J’ai fait le voyage. Cependant, le mois qui a précédé notre départ a été horrible. Tout ce dont je me souviens, c’est de la douleur intense et de mon état constant de fatigue extrême. Un matin, à mon réveil, je croyais que je souffrais d’une gastroentérite, puis plus tard dans la journée j’ai pensé que mon appendice s’était perforé – mais ça n’avait rien à voir. J’ai passé la semaine suivante à entrer et à sortir de l’hôpital pour passer des examens qui m’ont à la fois effrayée et humiliée. Le dernier test que j’ai subi (l’infamante coloscopie), confirmait ce que le médecin soupçonnait. À peine émergée de mon anesthésie, j’apprenais que j’étais atteinte de la maladie de Crohn.

J’ai commencé à prendre des stéroïdes et tout semblait aller pour le mieux, sauf pour les terribles effets secondaires liés à ce type de médicaments. J’ai commencé à prendre du poids, je suis devenue distante et mélancolique, mais cela valait mieux que la douleur constante. J’ai repris mes activités et j’ai terminé ma première année d’université. L’été s’est déroulé sans incident et j’ai même poursuivi mes cours en septembre. Là, les choses se sont gâtées. J’ai dû suspendre temporairement mes études et consacrer plutôt mes énergies à me soigner. Je savais que les poussées actives étaient souvent causées par le stress et j’avais besoin de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour éviter les situations difficiles.

 

Une fois que j’ai eu repris des forces, je me suis inscrite dans un collège privé pour obtenir un diplôme le plus rapidement possible. C’est là que j’ai rencontré mon mari, Dave, qui était déjà papa d’une délicieuse petite fille que j’ai aimée tout de suite. Je me suis installée chez la famille de Dave le temps que nous terminions nos études et d’amasser des sous pour acheter une maison. C’est à cette époque que j’ai eu la pire poussée active de ma vie. J’étais tellement malade que les stéroïdes ne faisaient plus effet, pas plus d’ailleurs que les injections mensuelles. Le temps était venu de passer à un traitement plus draconien. Après avoir perdu 50 livres et ne plus être capable d’avaler quoique ce soit, j’ai commencé à prendre du Remicade. Il a fallu quatre perfusions étalées sur deux mois pour voir mon état de santé s’améliorer. Le coût élevé de Remicade est vite devenu un problème. C’est pourquoi je suis retournée vivre chez mes parents pour qu’ils prennent soin de moi.

Peu après, David, sa fille et moi emménagions ensemble. J’ai commencé à aller mieux et après six mois sans médicament, je suis tombée enceinte de celui qui allait devenir notre deuxième enfant. Ma grossesse s’est déroulée sans heurt. Aucune poussée active. Après la naissance de notre fils, j’ai eu quelques mauvaises journées, mais rien de comparable à ce que j’avais déjà enduré. Dix-huit mois plus tard, je tombais à nouveau enceinte, et ce fut une fois de plus une période merveilleuse.

Je suis bénévole pour la section de London de la Fondation canadienne des maladies inflammatoires de l’intestin et j’encourage ma fille à faire de même. Elle n’a que six ans, mais elle aime bien assister aux réunions et donner un coup de main dans la mesure de ses capacités. J’ai récemment coprésidé une amusante activité appelée «  Tripes sur la glace » qui a permis d’amasser 11 000 $. J’ai aussi coprésidé l’édition 2008 de la randonnée À pied et à roulettes de London. Je partage mon temps entre mes enfants, mes amis et les membres de ma famille, je rénove ma maison et je fais du bénévolat pour la FCMII.

Je sais que j’ai beaucoup de chance dans le sens ou je n’ai pas eu à subir de chirurgies et je n’ai pas eu de poussées actives au cours des trente derniers mois. Par contre, je sais que ça peut se reproduire à n’importe quel moment et c’est pourquoi je travaille si fort à recueillir des fonds pour trouver un traitement curatif. J’encourage tout le monde à lire le plus d’histoires possible sur la maladie inflammatoire de l’intestin pour bien saisir de quoi il retourne. C’est moche, ça fait mal, c’est gênant, mais lorsque tu en es atteint, elle fait partie de toi. Il faut l’accepter et employer ton énergie à y faire face.

Share on Facebook
Sign up for updates
Crohn's and Colitis Foundation of Canada